Le tableau ci-dessus compare les incidences annuelles dans les pays européens en 2018

Le tableau ci-dessus compare les incidences entre les pays
2017

 

Le nombre de cas pour 100,000 XNUMX habitants est un moyen standard de mesurer l'incidence. Il permet la comparaison entre différentes populations.

Cette page tente de permettre des comparaisons entre pays en affichant les chiffres officiels de la dernière année disponible.

Il est important de comprendre que les méthodes de collecte du nombre de cas et leurs méthodes de diagnostic varient énormément d'un pays à l'autre et souvent aussi d'une région à l'autre.

Le but de cette page est de démontrer les différences et la difficulté d’utiliser ces figures pour décrire l’incidence réelle de la coqueluche.

Ces graphiques et d'autres peuvent être vus ici

Pays

Cas par 100,000

Australie

Angleterre

USA

Canada

France

Nouvelle-Zélande

Allemagne

Italie

Pays-Bas

Norvège

Pologne

Danemark

50.3 (2018)

5.2 (2018)

4.1 (2018)

9.8 (2017)

Aucune donnée comparable collectée

56.5 (2018)

15.3 (2014)

0.3 (2014)

47.9 (2014)

59.4 (2014)

5.5 (2014)

13.5 (2014)

Les pays sont susceptibles de compter les cas d'au moins deux manières différentes. Tout d’abord, c’est l’ancienne méthode du médecin ou de l’infirmière qui diagnostique la maladie et est légalement tenue d’informer l’autorité compétente qui transmet ensuite les informations à un centre national qui tient le compte.

Parallèlement ou en complément, les pays peuvent compter des confirmations de laboratoire de la coqueluche. De nombreux pays considèrent ces dernières comme les données préférables.

Certains pays ne collectent pas de statistiques nationales, mais seulement des statistiques régionales, qui peuvent chacune enregistrer des données différemment.

Certains pays ont récemment commencé à collecter des données.

Il n'y a pas d'obligation de notification en France. Au lieu de cela, il existe un réseau de pédiatres et de bactériologistes dans les hôpitaux qui surveillent la maladie et se rapportent à l'Institut Pasteur.

Les médecins de différents pays ont des attitudes très variables vis-à-vis de leur obligation légale de notification. 

Certaines des données ci-dessus sont tirées de la Rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies dans lequel toutes les données européennes sur la coqueluche pour chaque pays peuvent être consultées pour la dernière année disponible de 2014. 

 

Commentaires

Mis à jour et révisé par Dr Douglas Jenkinson 29 Octobre 2020